11 septembre 2005

Nouvelles émeutes à Belfast

ardoyne5

BELFAST, Irlande du Nord (AP) - L'Irlande du Nord a été le théâtre dans la nuit de samedi à dimanche des plus violentes émeutes depuis près de dix ans. Les violences, déclenchées dans la soirée par des extrémistes protestants après le refus des autorités d'autoriser le passage d'une marche orangiste dans un quartier catholique de Belfast, ont fait au moins 32 blessés parmi les policiers, et deux parmi les civils.

Les sympathisants de l'Ordre d'Orange -principale confrérie protestante d'Irlande du Nord- ont lancé des cocktails Molotov et autres bombes artisanales et se sont opposés aux policiers et soldats britanniques, ainsi qu'à une foule catholique hostile en divers secteurs de Belfast. Les manifestants protestants, souvent ivres, se sont également déchaînés dans sept autres localités protestantes des environs.

Le chef de la police d'Irlande du Nord Hugh Orde a accusé les dirigeants de l'Ordre d'Orange d'être à l'origine des violences, parlant d'attaques "totalement organisées", auxquelles participaient aussi les deux principales milices protestantes interdites, l'Association pour la Défense de l'Ulster (UDA) et la Force des Volontaires de l'Ulster (UVF).

Au moins sept armes à feu ont ét saisies dans la foulée des émeutes, ainsi qu'un local de fabrication de bombes. "Nous avons de la chance de ne pas avoir de policier mort ce matin", a-t-il noté.

Les émeutes ont éclaté après l'interdiction de passage de la marche annuelle de la confrérie dans le quartier catholique républicain de Springfield Road. Au moins 50 rafales d'armes automatiques ont été tirées contre les forces de l'ordre samedi dans le nord-ouest de Belfast.

Six policiers ont été blessés par des flammes et des éclats lorsque des militants protestants masqués ont lancé plusieurs grenades artisanales et des cocktails Molotov dans les rangs de la police. Les policiers ont dû se mettre à l'abri derrière leurs véhicules blindés après avoir entendu des tirs d'armes automatiques.

Les émeutes ont duré toute la nuit. Sur Shankill Road, un millier de manifestants se sont opposés aux policiers qui ont riposté avec des tirs de balles en plastique et des jets de canons à eau pendant qu'un hélicoptère éclairait ces scènes de violences nocturnes à l'aide de puissants projecteurs.

Au moins deux civils ont été hospitalisés pour des blessures. Mais, vu l'ampleur et l'intensité des affrontements, le nombre réel de blessés est probablement supérieur. Lors des émeutes à Belfast, les civils blessés préfèrent souvent ne pas être hospitalisés pour éviter d'être identifiés et arrêtés.

Les gouvernements britannique et irlandais ont condamné cette nuit d'émeutes, déplorant notamment que des centaines de jeunes y aient été entraînés par leurs aînés. "Les enfants et adolescents sont brutalisés en s'impliquant dans ces émeutes. Une nouvelle génération est baignée dans le sang de la haine sectaire", a déclaré le chef de la diplomatie irlandaise Dermot Ahern.

Il s'agissait des pires émeutes depuis juillet 1996, quand les Protestants s'étaient déchaînés pendant quatre nuits d'affilée, toujours à cause d'une manifestation orangiste interdite, avant d'obtenir gain de cause. Et déclenchant, en riposte, trois nouvelles nuits d'émeutes, chez les catholiques cette fois. AP

Posté par Sisco à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Nouvelles émeutes à Belfast

Nouveau commentaire